Vous avez visité notre site et souhaitez accueillir un lévrier martyr d’Espagne. Pour cela, il vous suffit de contacter le délégué de votre région en cliquant ici.

Responsable des adoptions :

Béatrice Monnet

Des nouvelles d’Hilari, devenue Lara ajouté le 24 juillet 2013

Des nouvelles d’Hilari, devenue Lara

Partager

Moi qui pourtant prétendait être sensible à la cause animale, je n’ai eu connaissance du martyre des lévriers d’Espagne qu’il y a 3 ans. C’est une amie, habitant
Saint Dié des Vosges, qui m’en a parlé, quelques mois avant d’adopter
sa galga en août 2010. Sa louloute a transformé profondément sa vie et on peut dire que c’est grâce à elle que mon amie a quitté son appartement pour
acheter une maison, avec jardin évidemment. Quant à moi, j’attendais
impatiemment de pouvoir prendre ma retraite (et donc d’être disponible),
pour adopter un de ces merveilleux lévriers.

Voilà donc un peu plus de 3 mois que j’ai adopté Lara. Après une période de « prise de contact » relativement courte, Lara s’est très vite sentie à l’aise chez moi. Après 2
jours de relations un peu tendues avec le chat de la maison, elle avait compris
qu’il valait mieux trouver un modus vivendi avec lui. Il faut dire que c’est
une chienne très intelligente. Elle semble tout comprendre (aurait-elle
suivi des cours de français en Espagne ?). Quant à moi, j’observe et
j’apprends. Aujourd’hui, j’ai pris beaucoup d’assurance et je fais confiance à Lara
quand, en balade « champêtre », je la libère de la laisse. Moi, je fais la
fière, mais en fait, je crois surtout qu’elle a tellement peur d’être à
nouveau abandonnée qu’elle préfère venir régulièrement voir si je suis toujours là.
On n’est jamais assez prudent, n’est-ce pas ?

Le quotidien de Lara, c’est balade « plaisir » le matin, quand il fait encore frais. Mon village étant situé en moyenne montagne (750 m d’altitude), les possibilités de
randonnée sont innombrables. Sans compter les prés où elle se défoule volontiers
à la course. Puis, c’est repos canapé pendant que je vaque à
l’intérieur, ou jardin quand je jardine ou me repose sur la terrasse.
En fin d’après-midi, re-balade, cette fois plutôt « hygiénique »
– et donc plus courte (1/2 H – 3/4 H) – suivie du repas croquettes. De temps en
temps, j’emmène Lara en ville, où elle a un comportement très calme et
discipliné. Bref, j’alterne les moments privilégiés entièrement consacrés à
elle (balades, séances câlins,…) avec d’autres où elle reste livrée
à elle-même (2 heures grand maximum) et durant lesquels elle est quand
même encore un peu inquiète. Mais j’observe les progrès de jour en jour.
Certains week ends, elle voit sa copine galga, avec laquelle le courant passe
bien, ou ses autres congénères de l’association qui, grâce au dynamisme de
Patrick Labbe, propose des activités diverses et variées. Même au restaurant,
elle sait se tenir. Ce qui est d’autant plus surprenant qu’à la maison, par
contre, elle est très chapardeuse. Mais c’est réellement son seul défaut.

De plus, Lara me permet de faire des rencontres intéressantes, notamment lors des balades, et donc aussi de faire connaître le sort des galgos. Même si celui-ci commence à être connu de pas mal de gens. Bref, Lara est un cadeau pour moi.
Elle s’est tellement bien adaptée que parfois, en entendant les difficultés que
rencontrent certains adoptants avec leurs protégés, je suis un peu gênée
d’avoir eu la chance de tomber sur un si bon « numéro ».

MC

Faire un don

Faire un don ou parrainer un galgo de notre association est une façon de nous aider dans nos actions. En retour, vous recevrez un reçu et une lettre de remerciements vous précisant l'action en cours menée par les bénévoles de [...]

Faire un don

Boutique

Vous pouvez soutenir l’association Europe des lévriers en commandant sur notre boutique des accessoires pour vos galgos et podencos.

Nous aider

Pour aider l’association Europe des lévriers, rien de plus simple :

Nous suivre